Mon alter ego

ciel

Je sais que l’on m’observe

Entre pitié et admiration.

Il y a ceux qui respectent et ceux qui jugent

Ceux qui entendent et ceux qui fuient.

A ma façon je continue ma route

Et ce qui est certain c’est que personne n’est à ma place

Personne ne le souhaite.

Il n’y a qu’elle qui peut me comprendre.

Sa présence est omniprésente

Rassurante et terrifiante.

Si proche et si loin

Partout, je la vois

Elle reste près de moi.

A chaque instant elle m’accompagne

Devenant ainsi ma plus fidèle compagne.

Je devrais la haïr

Mais j’en arrive à la chérir.

Par sa présence, elle me rappelle pourquoi j’avance

Elle me porte, me rend forte.

Elle est généreuse mais capricieuse

Elle me rappelle d’où je viens, le chemin parcouru.

Même si je ne la comprends pas

Je l’ai acceptée à chaque pas.

Je me sur occupe, dans l’espoir qu’elle m’offre son absence,

Rien n’y fait, j’apprends à tolérer sa présence.

Sans jamais me trahir,

Fidèle et bien réelle

Mon ennemie

Ma meilleure amie,

L’absence, mon alter ego.

Natale Guignard-Nardin – novembre 2016

soleil

4 réponses à “Mon alter ego

  1. J ai perdu mon mari âgé de 41 ans il y a trois semaines. Nous avions suivi de loin votre histoire votre combat, vos blessures. Durant les 17 mois de combat contre LE crabe, nous avons pensé à vous, et tous les parents qui ont eu un enfant gravement malade ou ont perdu un enfant. Car malgré notre épreuve, pour nous il était clair qu il n y a rien de pire au monde que de perdre son enfant. Votre texte me parle tant, votre courage et votre activité me bouleversent et M impressionnent. Vous êtes un EXEMPLE pour moi. Aujourd’hui j avance avec LE merveilleux héritage qu il m’a laissé, nos 3 enfants d amour. Et comme vous j apprends à vivre avec elle, l absence.

    Vous êtes quelqu’un d extraordinaire.

  2. Le pouvoir des mots est parfois puissant, douloureux, beau, apaisant ou contemplatif.
    Et parfois, ces mots prennent un sens aussi juste et profond que le sens d’une vie vécue avec tout ce qu’elle comporte.
    Nos vies nous appartiennent et parfois nous ne sommes pas maîtres des tournants qu’elles nous obligent à prendre. Mais nous sommes maîtres de ce que nous décidons d’en faire. Et l’une de tes forces et de décider et vivre ce que tu as envie.

    Ton texte que j’ai lu ce soir fait partie des mots qui ne laissent pas indifférent. Tes mots vivent, racontent, chantent, expliquent, pleurent, font briller une admirable force qui montre ta grandeur et ta tristesse.

    Merci pour tous les mots que tu assembles, relies et conjugues pour nous rappeler que nous devrions tous savoir ou trouver un sens à nos vies, sans le comprendre dans la tristesse et le deuil.
    Et puis pour ceux qui jugent, critiquent ou médisent, prêtons pas attention à eux. Ce serai leur donner que trop d’espoir à poursuivre leur quête. Et ils n’en valent pas la peine !

    Merci d’être toi…

    Je t’embrasse.

  3. Le sentiment que l’on ressent en vous lisant, c’est d’abord de l’admiration pour votre force et votre résilience, de la compassion et du partage, car vous nous donnez à tous une leçon de vie et d’espoir. Vous nous aidez à avancer tous les jours avec nos enfants et avec les enfants qui nous entourent et à nous concentrer sur les vraies valeurs de la vie et non sur les futilités. En réalité, vous aidez tellement de personnes que vous ne pouvez pour ainsi dire même pas l’imaginer. Nos pensées sont avec vous et avec votre famille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s